Partagez | 
 

 
Fabian + Anywhere, anytime, i'll come for you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 


Me mysel and I
• Localisation : Los Angeles
• Emploi/loisirs : Etudiant en art

• Avatar : Zac Efron
• Messages : 62
• Date d'inscription : 17/02/2018

• Pseudo ou Prénom : mélaïs
More
Ma petite vie
• Age: 29
• Contexte de jeu:
• Mes petit liens:
MessageSujet: Fabian + Anywhere, anytime, i'll come for you   Sam 17 Fév - 18:04



Fabian N. Sampi

 

FABIAN NAITE SAMPI
29 ans
Célibataire
Los Angeles
de nouveau étudiant en art
Let's Get Real
Plus sur toi derrière l'écran

TON PTIT NOM : Naïs•AGE : 22 • ♀ OU ♂ : damoiselle D’OÙ VIENS TU ? : Sud de la France • TON PERSONNAGE EST: un inventé de la CB • COMMENT AS-TU TROUVÉ LE SHELTER : J'y suis aussi Eamonn • UNE DERNIÈRE CHOSE A DIRE : LOVE    



TON CONTEXTE DE JEU
Contexte N°4 dans le Recueil
Bienvenue à Los Angeles, la cité des anges, la ville de tous les excès et de tous les possibles, accueillant les rêves de grandeurs et de décadence de tout un chacun. Dans cette ville où les apparences prennent tant de place, où les ambitions poussent à tous les extrêmes et ou les désillusions sont parfois grandes, il est possible de trouver quelques habitants qui n'ont que faire du règne despotique de ce grand panneau "Hollywood" trônant fièrement sur les hauteurs de la ville, et pour qui, la vie a une toute autre couleur. Ici aussi, on peut trouver des gens simples et vrais, pour qui les strass et les paillettes n'ont pas la moindre importance, des gens qui n'aspirent qu'à être heureux et à atteindre leurs rêves un peu moins grands que ceux des autres.
C'est dans ce bain où se côtoient quotidiennement, paillettes et baskets, faux semblants et simplicité de vie, couteau dans le dos et câlins chaleureux, que baignent et se débattent les habitants de cette ville si merveilleuse et si passionnante.  
La page du contexte



TA PERSONNALITÉ
Fabian est un homme qui se présente comme très ouvert aux autres, toujours prêt à rencontrer des gens. Mais bien souvent, il met une barrière entre les gens et lui. Son vécu fait qu'il avance le plus prudemment possible, pour ne pas se reprendre des portes sur le nez. Il est assez souriant généralement, et parait très accessible, mais il a un caractère assez particulier pourtant. Renfermé, qui fait difficilement confiance aux autres, parfois même à lui même, bien qu'il n'ignore pas ses capacités, et qui il est. Il est parfois un peu arrogant, notamment dans ses réponses face aux gens qui l'agacent. Fabian n'aime pas qu'on le contredise quand il est sûr et certain de ce qu'il avance. Et d'ailleurs, il va tenter de trouver par tout moyen de preuve possible qu'il a raison. Et généralement, quand il s'entête de telle manière, c'est qu'il a raison. Et quand bien même, il découvrirait que depuis le début, il se trompait, il ne l'avouerait pas si facilement. Il ferait profil bas, oubliant le sujet de la conversation, en allant presque jusqu'à le nier.
Dans le fond, il reste une bonne patte. Il rit facilement, il tente de ne pas s'énerver de trop, bien qu'il rejette toute idée d'injustice, et fait la guerre à toute personne amorçant un soupçon d'injustice ou toute personne qui profite d'un avantage au détriment de quelqu'un d'autre.  
TES CARACTÉRISTIQUES
Fabian passe son temps à manger. A grignoter des barres de céréales, ou des petits gâteaux comme les "petits princes". Mais c'est comme un besoin. Sans ça, il passerait sa journée à fumer. D'ailleurs, depuis deux ans, qu'il a la garde de sa fille, il a bien réduit les doses. Si avant, il pouvait en moins d'une semaine, descendre deux paquets, désormais, il se réduit à une ou deux clopes par jours.
Fabian passe beaucoup de temps chez sa mère. Et pour cause, c'est là que se trouvent les deux femmes de sa vie : sa fille et sa mère.
Il est un fan de moto. D'ailleurs il en a une, et il n'y a pas d'autres moyens pour se déplacer qu'il aime utiliser plus que ça. Même quand il a la possibilité d'utiliser la voiture. Il ne l'utilise qu'en cas de grande nécessité. Comme par exemple, quand il doit se déplacer avec sa fille et sa mère.
Il est à Los Angeles depuis 8 ans, avec sa mère.


Creusons un peu

Naître dans une famille où le père est militaire, c'est pas toujours simple au quotidien. Le père ne quitte jamais vraiment la base, dans sa tête. Du coup, maison ou boulot, les mêmes règles s'appliquent. Souvent, les enfants de militaires sont les plus difficiles à gérer. Ils n'ont pas vraiment le droit de s'exprimer, alors, une fois grandis, ils se rebellent. Pourtant, ce ne sont pas des mauvais bougres. Je ne suis pas un mauvais bougre.
Mon père faisait partie de la base militaire de l’Oklahoma, et était souvent absent. Nous n'avions pas vraiment eu l'occasion de partager, tous les deux. Sauf quand il rentrait, en permission ou en congé, je n'en savais rien, et encore, ça ne se passait pas toujours bien. Il était un peu trop près d'un inconnu pour moi. Heureusement, ma mère, Ana-Maria a toujours été une femme affectueuse, à l'écoute et très présente. Elle a toujours été une mère formidable, certainement la meilleure que la Terre n'ait jamais engendrée. Lui, il n'est revenu pour un long-terme que pendant deux ans, j'avais dix ans. Les premiers mois s'étaient avérés très compliqués. Je n'avais pas eu l'habitude d'avoir un père. C'était quelque chose de nouveau, et lui, il gérait pas vraiment en tant que père.

Finalement, après des efforts d'un côté comme de l'autre, on avait appris à s'apprivoiser. Et voilà qu'un beau jour, il y a eu un courrier. Un courrier qui annonçait qu'il devait partir en Afghanistan, pour faire la guerre. Je crois que ça a été la séparation la plus difficile pour moi. J'avais enfin connu cet homme en tant que père, pendant plus de deux mois et voilà qu'après vingt-quatre, on l'oblige à partir. C'est certainement à partir de ce moment que j'ai commencé à me comporter comme un petit con. Pour lui faire payer. Pour faire payer au monde. C'était des petites choses. Comme faire croire en plein examen qu'il y avait une bombe dans le lycée. Faire disparaître les sujets d'examens, ou en mettre d'autres, sans aucun sens. L'arrogance aussi, c'était mon maître mot. Avec lui, les liens étaient devenus plus infimes que jamais. Ses lettres, je les brûlais. Même lorsqu'elles étaient adressées à ma mère. Quand il avait des permissions, je lui adressais à peine la parole pour lui demander le sel à table. Un vrai petit con.

C'était après une de ces permissions que le pire était arrivé. Il n'était plus rentré. Au début, je culpabilisais un peu, surtout vis à vis de ma mère. Je pensais que c'était mon comportement qui l'avait fait refuser toute permission. Mais non, la vérité était qu'il avait disparu au combat. Six mois. Six longs mois sans nouvelles. Et deux hommes sont venus à taper à la porte de la maison, un beau jour. Deux officiers, dont un que ma mère connaissait. Et ce qu'ils nous avaient dit ce jour-là a résonné longtemps dans ma tête. Parfois, dans mon sommeil, j'ai l'impression d'entendre encore leurs voix résonner. Mon père était mort au combat, dans un assaut ennemi. Ils avaient peiné à identifier et trouver tous les corps. Le sien serait rapatrié dans peu de temps. Et là, j'avais l'impression que mon monde venait de vaciller pour toujours.

S'en étaient suivies de longues années difficiles. Avec ma mère, surtout. Elle était malheureuse, et moi, j'étais coupable. Je vivais avec cette culpabilité, incapable d'en parler. Alors, il a fallu que mon avant dernière année au lycée, je rencontre un professeur d'histoire. Quelqu'un de bien, vraiment. Peut-être qu'avec lui, j'ai fait un transfert du père, comme l'appellent les psychologues. Mais ça m'a aidé. A me pardonner. A parler à ma mère. A accepter son pardon, elle qui ne m'en voulait même pas une seule seconde. Et surtout, il m'a aidé a trouver ma voix. Je voulais faire quelque chose de ce monde. Faire l'armée aussi. Marcher dans les pas de celui que je n'avais, dans le fond, pas eu la chance de connaître assez.

A mes dix-huit ans, je me suis engagé dans l'armée. Je voulais ressembler à mon père. Je voulais aider ma mère à gagner de l'argent, elle qui était malade, et ne pouvait pas travailler comme elle le souhaitait.
J'étais plein de rêves, pleins d'espoirs pour faire changer les choses, pour changer le monde et révolutionner les mentalités. J'espérais, à travers mon rôle en tant que soldat, arriver à ne tuer personne, à finir par véhiculer un sentiment de sécurité qui amènerait les gens à la paix. J'étais un idéaliste, à cet âge, et j'espérais bêtement l'impossible. Mais j'y croyais, ou en tout cas, je voulais croire que ça pouvait arriver. Tout comme je voulais croire en l'amour, le vrai. Enfin, croire que je l'avais trouvé.

A 21 ans, on reste un être naïf. Et quand, en revenant d'une mission au Koweit, ma mère m'avait annoncé qu'elle devait quitter l'Oklahoma, et qu'elle avait trouvé un petit poste à Los Angeles, à côté de là où ma tante habitait, je n'ai pas hésité une seconde. Je l'ai suivie. J'ai fait quelques mois à aider la police. Et pendant ce temps, j'ai retrouvé une fille avec qui j'étais au lycée. Danielle. A l'époque, elle me plaisait. Et quand je l'ai revue, c'était comme si on ne s'était jamais perdus de vus. On est restés quelque temps ensemble. Et puis un jour, elle est partie, avec un mot. Elle m'annonçait qu'elle était enceinte. Mais qu'elle partait, elle ne voulait pas de moi comme le père, elle avait trouvé quelqu'un d'autre. Qu'elle voulait comme père de son enfant. De notre enfant. S'en étaient suivies de longues années à tenter de la retrouver, à faire valoir mon droit de père. Mais la loi n'était pas de mon côté. Aux yeux des juges devant lesquels je suis passé, si la mère était partie, elle avait ses raisons. Et c'était son droit de mère qui primait sur ma paternité.

Je suis retourné pendant quatre ans à l'armée, en tant que formateur et sergent de formation. Plein de rage, vaincu par l'injustice. Il n'y avait aucun moyen de récupérer mon enfant, dont j'ignorais s'il s'agissait d'une fille ou d'un garçon. je n'étais même pas sûr de le voir un jour. Enfin, c'était ce que je pensais. Un beau jour, j'ai eu des nouvelles de Danielle. Enfin, pas vraiment par elle. Par une assistante sociale. Une petite Julia est apparue dans ma vie. Elle avait à peu près cinq ans et pleurait Danielle, sa maman, envoyée en prison pour trafic de stupéfiants, avec son mec, le "père" de ma fille. Une petite fille ! Je peinais à y croire. Mais quand elle a débarqué dans ma vie, je venais de quitter l'armée, prêt à reprendre mes études. Des études d'arts. Pour enseigner l'histoire de l'art, ou faire quelque chose dans ce sujet. Parce que c'était ce qui me passionnait vraiment. Je m'en étais rendu compte tout bêtement, au fil des années dans l'armée. Et c'était aussi pour ça que j'avais refusé la nouvelle mission en Syrie qu'on me proposait. De toute façon, la vérité était que ça ne me correspondait pas. J'avais toujours eu des idéaux contraires à ce qu'enseignait la doctrine militaire. Et puis je voulais essayer de me reconstruire. Vivre ma vie, et non vivre dans le souvenir de mon père, ou de l'histoire d'amour ratée que j'avais eu avec Danielle.

Mais pour Julia, la vie avec moi n'était pas assez saine, pas assez stable. Alors, on a conclut un accord avec l'assistante sociale. Elle vivrait chez sa grand-mère. Oui, chez Ana-Maria, ma mère, ravie d'avoir un enfant à s'occuper. Désormais, elle ne pouvait plus travailler, ça la fatiguait plus qu'autre chose. Elle disait s'ennuyer, et que l'arrivée de Julia était un miracle de la vie. Enfin, elle pouvait serrer sa petite fille dans les bras. Depuis deux ans, on essaie de s'accoutumer à la vie ensemble. C'est pas toujours facile au quotidien. Ne pas vivre vraiment ensemble, c'est peut-être ce qui nous empêcher de créer des liens. Mais ce serait presque plus compliqué de vivre chez ma mère. Et puis, il faudrait que j'arrive à me concentrer sur les études, pour obtenir un diplôme et un vrai travail. Et avoir enfin une vie avec ma fille, et une vie sans être mon propre fantôme. Et j'ai l'espoir d'y arriver.


LE PETIT CODE QUI VA BIEN
Quel est le code caché dans le règlement : Code validé par son amour



Dernière édition par Fabian N. Sampi le Dim 25 Fév - 20:49, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Me mysel and I
• Localisation : Melbourne
• Emploi/loisirs : Etudiante en école d'arts

• Avatar : Zendaya Coleman
• Messages : 181
• Date d'inscription : 09/09/2017

More
Ma petite vie
• Age:
• Contexte de jeu:
• Mes petit liens:
MessageSujet: Re: Fabian + Anywhere, anytime, i'll come for you   Sam 17 Fév - 19:51

Je vous souhaite la bienvenue cher amour !
Ravie de vous voir par ici et hâte de commencer à jouer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Me mysel and I
• Localisation : Los Angeles
• Emploi/loisirs : Doctorante au pôle physique à UCLA

• Avatar : Troian Bellisario
• Messages : 130
• Date d'inscription : 01/10/2017

• Pseudo ou Prénom : Allix
More
Ma petite vie
• Age: 28 ans
• Contexte de jeu:
• Mes petit liens:
MessageSujet: Re: Fabian + Anywhere, anytime, i'll come for you   Sam 17 Fév - 21:42

Re bienvenue joli garçon ! Décidément, que de bons choix d'avatar
J'ai bien hâte de découvrir ce nouveau personnage

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Me mysel and I
• Localisation : Los Angeles
• Emploi/loisirs : Etudiant en art

• Avatar : Zac Efron
• Messages : 62
• Date d'inscription : 17/02/2018

• Pseudo ou Prénom : mélaïs
More
Ma petite vie
• Age: 29
• Contexte de jeu:
• Mes petit liens:
MessageSujet: Re: Fabian + Anywhere, anytime, i'll come for you   Sam 17 Fév - 22:53

Merci cher amour, j'ai déjà hâte de pouvoir commencer à jouer avec vous

Merci Maisie ♥️ Je vais essayer de l'avancer au plus d'ici demain

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Me mysel and I
• Avatar : Jack Falahee
• Messages : 121
• Date d'inscription : 13/11/2017

More
Ma petite vie
• Age: 26 ans
• Contexte de jeu:
• Mes petit liens:
MessageSujet: Re: Fabian + Anywhere, anytime, i'll come for you   Dim 18 Fév - 2:09

Rebienvenue

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Me mysel and I
• Avatar : Patrick J. Adam
• Messages : 48
• Date d'inscription : 14/02/2018

More
MessageSujet: Re: Fabian + Anywhere, anytime, i'll come for you   Dim 18 Fév - 11:20

Re bienvenue!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Me mysel and I
• Localisation : Melbourne
• Emploi/loisirs : Etudiante en école d'arts

• Avatar : Zendaya Coleman
• Messages : 181
• Date d'inscription : 09/09/2017

More
Ma petite vie
• Age:
• Contexte de jeu:
• Mes petit liens:
MessageSujet: Re: Fabian + Anywhere, anytime, i'll come for you   Dim 25 Fév - 21:13

Ben tu vois !
DOSSIER ACCEPTÉ

Félicitations, ton dossier à été validé !
Il te reste quelques petites choses à faire avant de pouvoir commencer à jouer :
☼ Te recenser PAR LA pour qu'on puisse t'ajouter au bottin.
☼ Si tu as choisis un contexte du recueil, pense à te manifester auprès du créateur et à t'inscrire officiellement dans son sujet, pour rejoindre la liste de ses membres, même si tu as pris un scénario.
☼ Passer PAR LA pour déclarer le statut de ton personnage : si tu souhaites le jouer immédiatement tu le déclare actif, et si tu attend des éventuels scénarios ou autre chose, avant de commencer à jouer avec, tu le déclare en attente.

Tu peux aussi, en bonus :
☼ Créer des scénarios ou des personnages éphémères si tu te sens seul-e
☼ Ajouter ton contexte au recueil si c'est un contexte original PAR ICI
☼ Créer ta fiche de liens si tu veux te lier aux autres personnages de ton univers.
☼ Voter pour le forum sur les Top Sites afin de faire gonfler les univers.
☼ Nous rejoindre dans les Playground pour te changer les idées.
☼ Rejoindre sur le groupe Facebook du forum.

Aller, file et amuse-toi !
Caramelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Me mysel and I
More
MessageSujet: Re: Fabian + Anywhere, anytime, i'll come for you   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fabian + Anywhere, anytime, i'll come for you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pause de début de journée — #Fabian
» les reçits ecrit de bertrix land.
» True blood.
» BMC Racing
» récit de gérouville !!!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Shelter :: 
Le registre
 :: This is me :: Let's get real
-
Sauter vers:  

EVENT EN COURS

Comme chaque année, Cancun devient le centre névralgique des étudiants du monde entier pour son incontournable Spring Break. Six semaines de fête, de débauche et de folie. Nous sommes le premier avril, il ne reste plus qu’une semaine pour profiter de l’ambiance Mexicaine. Ne passez pas à côté de cette dernière chance de vous vider la tête, d’oublier les problèmes du quotidien et de lâcher prise, tout simplement !
➼ Personnages | 6 - les découvrir ICI
➼ Sujet de groupe | 1 - le découvrir PAR ICI
➼ Sujets individuels | X - les découvrir ICI

LES Persos Ephémères