Partagez | 
 

 We're all sinners (Scotty)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Me mysel and I
• Localisation : Paris, piégé à l'intérieur d'un hôpital psychiatrique.
• Emploi/loisirs : Lycéen.

• Avatar : Austin Butler.
• Messages : 3
• Date d'inscription : 06/11/2017

More
Ma petite vie
• Age: 17 ans.
• Contexte de jeu:
• Mes petit liens:
MessageSujet: We're all sinners (Scotty)   Mar 7 Nov - 0:07



SCOTTY SILVERWOOD

 

Scotty -Scott- Silverwood.
17 ans.
Célibataire.
Paris.
Lycéen.
That's fantastic.
Plus sur toi derrière l'écran

TON PTIT NOM : réponse ici •AGE : réponse ici • ♀ OU ♂ : Garçon. • D’OÙ VIENS TU ? : réponse ici • TON PERSONNAGE EST: Un inventé. • COMMENT AS-TU TROUVÉ LE SHELTER : PRD. • UNE DERNIÈRE CHOSE A DIRE : Wow, ce forum hyper beau et original ♥️



TON CONTEXTE DE JEU
Contexte Original (Céleste).
Scott, un jeune homme dépressif et enfermé dans un hôpital psychiatrique, découvre du jour au lendemain qu'il est un ange et qu'une prophétie parle de lui. Emmené dans un parcours initiatique par un démon du nom de Joshua, il comprend peu à peu qu'il est destiné à quelque chose de grand. Quelque chose qui dépasse les limites de son humanité. En plus d'affronter ses démons intérieurs, il va devoir s'opposer à l'infirmier, à la tentatrice et à Dieu lui-même pour espérer s'échapper de l'asile dans lequel de nombreux individus possèdent des compétences surnaturelles.

Contexte fantastique, huit-clos, apocalyptique, divin.



TA PERSONNALITÉ
Expose ici les grands traits de ta personnalité, tes qualités et tes défauts, ce qui fait que tu es si particulier-ère...
TES CARACTÉRISTIQUES
Ici, parle nous de tes petites manies et de tes petites spécificités, de ce que tu aimes ou n'aime pas...bref. On veut te connaitre d'avantage.


Creusons un peu

Prologue.

Le ciel résonne d'un bruit strident alors que des éclairs énormes traversent les nuages noirs. La foudre divine s'écrase un peu partout sur terre et se mêle à la pluie torrentielle qui coule depuis deux jours. Au sol, c'est la panique. Les gens hurlent et restent enfermés chez eux. Seuls quelques courageux restent dehors et observent le ciel se déchirer. La plupart ne sont pas humains. Certains possèdent des ailes de plumes, d'autres des ailes de chauve-souris.
Les créatures surnaturelles ne savent pas quoi faire pour arrêter la colère d'un Dieu trop en colère. Les vampires n'osent pas sortir de leurs cryptes et les loups se cachent dans la forêt avec les fées et les nymphes. Seuls les hybrides anges et les démons parviennent à survivre au climat déchaîné. Sans doute parce qu'ils ne craignent pas la mort. Parce que comme toutes les créatures divines, ils sont immortels. Quelques demi anges murmurent des prières sous le regard goguenard des demi démons qui détestent ce pouvoir qu'ils ne possèdent pas.
En effet, les hybrides angéliques sont capables de déformer la réalité en priant. Les plus puissants d'entre eux entrent en communication directe avec les Archanges et développent des pouvoirs prodigieux, comme le contrôle de la magie, le contrôle des forces cosmiques et la capacité de voyager dans le temps. Ces dons très rares sont subtils et très difficiles à utiliser. Les autres anges se contentent des pouvoirs de leur race, comme le fait de pouvoir voler, se rendre invisible, contrôler l'un des quatre éléments et manipuler la lumière. Les démons, eux, peuvent seulement contrôler le feu, voler, disparaître dans les ombres et absorber l'énergie magique des créatures surnaturelles.
Alors qu'un petit groupe d'anges s'envole pour essayer de calmer la colère des cieux, un éclair les frappe avec violence. Ils meurent sur le coup et leurs âmes s'envolent au grès du vent. Aujourd'hui, Dieu est fou. Il frappe ses propres enfants sous prétexte que la Boite Céleste a été dérobée. Un artefact divin et puissant qui permet à son détenteur de contrôler la vie et la mort. Dieu a donné deux jours à ses troupes pour la retrouver. Deux petits jours. Mais elle est restée invisible.
Dieu a de suite accusé son frère Lucifer d'être le responsable du vol. Mais comme il le sait lui même, seul un ange et un démon sont capables d'utiliser la Boite Céleste. Deux êtres assez puissants pour la contrôler. Lucifer, seul, ne pourrait jamais l'utiliser. Et maintenant, la boite se retrouve dans la nature déchaînée. Il reste un peu moins de quatre heures avant que le Seigneur du ciel ne libère une vague assez forte pour décimer la terre entière.
Au même moment, aux Enfers, deux ombres avancent doucement en direction de la salle du trône pour retrouver le père de l'un d'eux. Une voix inquiète s'élève entre les murs de lave qui libèrent une chaleur insupportable.

- Josh, tu es sûr que c'était une bonne idée ?

L'autre garçon hausse ses épaules en désignant les grandes portes qui se dessinent devant eux.

- J'imagine qu'on va bientôt le savoir.

Il attrape doucement la Boite Céleste des mains de Scott et se racle la gorge pour annoncer sa présence.

- Papa, c'est moi. On a la boite.



Chapitre un : La prière de la foi sauvera le patient.

Les sirènes de l'ambulance résonnent dans les rues de Paris alors qu'à l'arrière, un corps allongé observe distraitement les passants, dissimulé derrière l'écran opaque des vitres. Le jeune homme d'environ dix-sept ans soupire et pose soudain ses yeux sur ses bras couverts de bandages. Quelques traces de sang séchées colorent douloureusement le blanc immaculé du pansement. Une tentative de suicide ratée. La quatrième en deux ans. Ses parents ne savent plus quoi faire pour l'aider. Alors ils ont décidé de l'emmener dans un asile de fou. Peut-être qu'il est vraiment fou, au fond. Toutes ces voix qu'il entend parfois, les plumes qu'il retrouve toujours au fond de son lit... oui, il est sans doute fou. Assez pour être enfermé de longs mois dans un établissement spécialisé.
Scotty Silverwood -qui déteste son prénom et qui ne répond qu'au surnom de Scott- soupire à nouveau lorsque ses yeux d'un bleu d'acier se posent sur son reflet dans la vitre. Il observe son visage durant de longues secondes, même s'il le connait déjà par cœur à force de se regarder le matin dans la glace pour se coiffer. Ses mèches blondes coiffées n'importe comment contournent assez joliment les traits plutôt fins de son visage. Son nez, ni trop grand ni trop petit, surplombe une bouche fine et agitée de tics nerveux. Il est angoissé depuis sa plus tendre enfance. Comme si quelque chose l'habitait. Il ne sait pas ce que c'est. Mais quelque chose en lui ne tourne pas rond du tout. Il ne se sent pas comme les autres. Il ne se sent pas à sa place. Depuis quelque temps, il est déterminé à comprendre ce qui cloche chez lui.
Il mordille sa lèvre inférieure grâce à ses dents d'une blancheur négligée par le tabac et hausse ses frêles épaules lorsqu'il remarque que sa joue est aussi pâle que d'habitude. Il sait que c'est mal de fumer, il s'est assez fait engueulé par ses parents pour ça. Mais il aime fumer lorsqu'il rédige des poèmes et l'odeur du tabac lui rappelle une saveur qu'il n'arrive pas à identifier. Une saveur qu'il essaie de retrouver à tout prix en enchaînant les paquets de cigarettes. Le jeune homme s'agite dans son brancard. Gêné par sa grande taille -il mesure plus d'un mètre quatre-vingt-dix-, il essaie de se libérer de la camisole qui maintient ses bras attachés. Un accessoire dont il se serait bien passé, si on lui avait demandé son avis. Mais personne n'avait rien demandé. A les entendre, c'était à lui d'écouter et pas à eux d'entendre. La bonne blague.

- On est bientôt arrivé, petit, ça va ?

Petit ? Scott éclate de rire malgré la situation inconfortable dans laquelle il se trouve. Il marmonne que, oui ça va, avant de replonger dans le silence. L'ambulance arrive alors à destination, comme annoncé quelques secondes plus tôt par l'infirmier en blouse blanche qui l'accompagne. La voiture travers une grande grille en fer forgée qui se referme presque aussitôt. Scott observe le grand bâtiment qui se dessine devant lui en tournant sa tête le plus possible.
Les murs, sales et mal entretenus, s'élèvent comme une forteresse inébranlable. L'endroit est sinistre, songe le jeune homme. Après tout, un asile n'est pas un parc d'attraction. Il hausse distraitement ses épaules légèrement voûtées par sa taille trop grande. Il n'a même plus envie de se battre. D'après ses parents et le psy, cet endroit est un havre de paix dans lequel il pourra enfin reprendre gout à la vie. Et sourire à nouveau. Il lève les yeux au ciel. Il n'a pas esquissé le moindre sourire depuis plus de deux ans.
Scott hausse à nouveau ses épaules. L'ambulance s'arrête enfin devant les grandes portes de l’hôpital et l'infirmier ouvre la porte de derrière pour permettre à l'ambulancier de sortir le brancard. Le jeune homme l'observe lentement et trouve qu'il ressemble un peu à un guignol, avec son crâne dégarni et ses mains trop grandes pour lui. L'ambulancier n'est pas très beau et il semble le savoir puisqu'il se fait tout petit, comme pour éviter qu'on le remarque. Mais Scott se fiche de son apparence. Il constate seulement. Lui même ne se trouve pas très beau. Dans la moyenne, quoi.

- Je peux marcher, hein.

Ils ignorent la demande du garçon qui marmonne quelques insultes dans sa barbe naissante. Ils l'emmènent dans le hall et traversent quelques mètres avant de s'engager dans un couloir relativement sombre. Là, ils s'arrêtent devant la porte vitrée d'une chambre simple, sans décorations. Un simple lit et une couette d'un bleu aussi profond que les siens. Bonjour l'ambiance. L'infirmier s'assure qu'il n'a pas mal aux bras et le dépose doucement sur le lit sans lui lancer un seul regard. Et puis il quitte la pièce avec l'ambulancier. Scott fronce légèrement les sourcils.

- Sympa l'accueil.

Il se tourne dans le lit et s'allonge en posant doucement sa tête sur l'oreiller plutôt doux et confortable. Il ferme les yeux alors que sa fatigue l'emporte sur des chemins jusque là jamais explorés. A l'extérieur, l'infirmier discute avec les parents du jeune homme.

- Je vais tout faire pour supprimer l'ange qui est en lui. Si je lui donne des médicaments, il ne pourra jamais accéder à sa véritable nature. Il a dix huit ans dans deux mois, c'est ça ?

- Oui. On a encore besoin de son énergie. Et je veux son auréole. Avec ça, on pourra faire pression sur Michel.

- Tout va bien se passer. Personne ne pourra lui révéler ce qu'il est. Il est seul, ici.

Monsieur et madame Silverwood se lancent un regard enchanté. Leur fils est bloqué ici et il n'aura jamais accès à ses pouvoirs d'ange. Ils vont enfin pouvoir se venger de Michel. L'infirmier s'en va d'une démarche traînante tandis qu'il laisse le couple seul à seul. Le mari, grand et élancé, étire un sourire tordu sur ses lèvres. Sa langue, curieusement longue, s'agite dans sa bouche et cogne contre ses dents jaunies. Ses cheveux gris semblent tenir en l'air comme par magie alors qu'il attrape la main de sa femme avant de disparaître du couloir désert sans aucune explication. La place qu'ils tenaient quelques secondes auparavant est désormais vide. Un détail qui n'échappe pas à un jeune homme brun qui écoutait la conversation de l'autre coté du mur.


Chapitre 2 : A chaque jour suffit sa peine.

Le vent hurle à ses oreilles dans un bruit strident qui vrille ses tympans fragiles. Le jeune homme blond comme les blés avance doucement malgré les rafales qui le pousse en arrière et il essaie tant bien que mal de continuer sa progression, les yeux fixés sur une boite en argent délicatement gravée d'une écriture qui semble très ancienne. Porté par une voix qui lui chuchote de s'approcher de ladite boite, il s'y dirige par instinct sans se soucier du sol qui tremble sous ses pieds nus. Le vent souffle encore plus fort et le blond se penche en avant pour affronter le courroux céleste. Le garçon n'a jamais aimé le vent, un élément instable et invisible qui déforme la nature à sa guise. Il préfère l'eau, apaisante et bienfaitrice, source de vie. Ses yeux bleus d'acier ne quittent pas la boite des yeux alors qu'il ne lui reste que quelques mètres à parcourir pour la rejoindre. Il lève sa main et son bras s'étend vers elle mais un éclair s'écrase juste devant lui et il est projeté en arrière, loin de l'objet qu'il désire tant posséder. Le jeune homme s'appuie sur ses coudes pour se relever et s'aprête à reprendre sa marche lorsqu'une voix résonne tout autour de lui.

- Scotty.


***

- C'est l'heure de se lever, debout. Il est huit heure. Va prendre une douche et passe à la pharmacie pour prendre ton traitement. Ensuite tu iras au petit déjeuner.

- Hum.

L'infirmière s'éloigne de son lit et quitte la chambre en libérant sur son passage l'odeur d'un parfum à la lavande pas cher. Scott ouvre doucement les yeux et grimace fortement, dégoûté par cette odeur trop forte. Il s'étire de tout son long et s'assoit sur son lit, sans vraiment se presser. Douche, médicaments et petit dej. Un programme dont il se passerait bien. Le jeune homme soupire et quitte son lit avec regret avant de sortir timidement de sa chambre pour rejoindre le couloir qui commence à se remplir de patients, la plupart encore plongés dans un demi sommeil. Les somnifères ingurgités la veille se ressentent dans la bouche pâteuse et sèche de Scott qui déteste cette sensation au réveil.
Il avance distraitement en direction des douches et observe furtivement les autres patients et s'attarde en particulier sur une jeune fille d'à peu près son age, rousse comme un magnifique couché de soleil. Son visage en forme de cœur et aux joues délicatement roses contraste avec ses cheveux en pagaille, peut-être un peu trop courts pour une fille. En effet, les mèches orangées de la jeune femme sont à peine plus long que ses propres cheveux à lui. Et encore, il s'est coupé les cheveux un mois auparavant. Il hausse les épaules, après tout elle avait encore le droit de se coiffer comme elle le voulait.
Scott marche d'un pas lent et nonchalant dans le couloir qui semble interminable avant de remarquer une porte avec un robinet dessiné dessus. Probablement la salle de bain. Il pousse la porte avec fermeté et entre dans la pièce, l'air un peu perdu. Il s'approche des lavabos et lève les yeux vers le miroir en plastique qui est accroché sur le mur. Evidemment, pas de verre. Sécurité oblige. Le blond passe une main dans ses cheveux emmêlés et détaille avec attention les traits fatigués de son visage aussi pâle qu'un reflet de lune argenté. Je suis moche, songe t'il en frottant ses joues pour leur donner une couleur plus rouge. Et ses yeux. Mon dieu, ses yeux. Vides et éteints. Sans lueur. Deux orbes bleues sans intensité.
Scott quitte alors le miroir et s'approche des douches, la mort dans l'âme. Son regard se pose sur une serviette accrochée juste devant l'une des cabines dans laquelle il entre toujours aussi lentement. Le garçon se déshabille sans se presser et lance son pyjama bleu dans un coin. Il appuie sur le bouton posé juste en dessous de la pomme de douche et un jet d'eau relativement tiède s'écoule sur lui. Il ferme les yeux et soupire de contentement en sentant l'eau couler sur son corps courbaturé.
Le blond reste là vingt minutes avant d'être dérangé par l'infirmière au parfum ignoble. Il marmonne qu'il a bientôt terminé mais elle reste plantée juste devant la porte, comme pour s'assurer de sa coopération. Il lève les yeux au ciel et se sèche rapidement avant de s'habiller et sortir de la cabine, non sans lancer un regard noir à la femme en blanc qui esquisse un sourire doucereux.

- Vous pouvez vous rendre aux médicaments maintenant, ou bien je dois vous donner la main pour aller plus vite ?

- C'est vrai que je rêve de tenir votre main, madame, mais non merci. Vous êtes trop vieille pour moi.

Il lui lance un sourire moqueur et quitte la salle de bain sans lui lancer un seul regard. Le jeune homme s'avance à nouveau dans le grand couloir et repère l'infirmerie à quelques mètres de sa chambre. Devant la porte ouverte, une file de patients attendent sagement leur tour. Scott fronce les sourcils devant ce spectacle. Hors de question d'attendre là comme un idiot. Toujours habillé de son pyjama bleu trop grand pour lui, il continue sa route pour rejoindre une petite cour cernée de grilles. Le blond ouvre la porte et quitte la bâtiment principal, frissonnant un peu sous le vent glacial qui souffle dehors. Il s'apprête à retourner à l'intérieur lorsqu'une voix féminine résonne dans la cour.

- Hey, toi. T'es nouveau, non ?

Le ton est sec, mais pas agressif. Il se tourne dans la direction du bruit et remarque une frêle silhouette surmontée d'une chevelure éclatante. La petite rousse de tout à l'heure ! Scott s'avance doucement vers elle, les mains dans les poches de son pantalon de pyjama. Il remarque aussitôt la cigarette logée entre les lèvres charnues de l'inconnue. Son regard se pose ensuite sur son visage qu'il détaille avec plus d'attention. Ses yeux sont verts, d'un vert profond comme la couleur des feuilles de chênes. Un regard doux mais plein d'intensité. Elle le regarde aussi, sans montrer le moindre signe d'émotion. Ils restent debout à quelques mètres durant de longues secondes avant que le jeune homme décide de répondre à sa question.

- Je suis arrivé hier. Je m'appelle Scott.

- C'est quoi ton prénom ?

- Scott.

- C'est un diminutif.

- Contente toi de ça.

Elle hausse les épaules. Elle comprend. Elle même déteste son prénom. Elle le trouve trop féminin, trop doux. Alors elle préfère garder simplement le début, parce que c'est plus court et que ça ressemble à un prénom de garçon. La jeune femme déteste son corps trop mince, sa poitrine légèrement développée, tout ce qui fait d'elle une femme comme les autres. Même son esprit est plus masculin, plus acéré, plus dans l'action.

- Moi c'est Will.

- C'est un diminutif.

Il esquisse un sourire sarcastique sans la quitter des yeux. Ses cheveux trop courts, ses manières un peu trop masculines et son prénom androgyne, tout ça lui donne l'allure d'un garçon manqué. Un détail qu'il garde pour lui, après tout ce n'est pas son problème. Et puis il trouve que ça lui donne un charme. Elle est jolie. Assez pour l'intriguer un peu plus.

- T'en veux une ?

Elle lui tend un paquet de cigarette à peine entamé. Elle n'a pas l'air de fumer beaucoup. Bizarrement, elle observe la fumée, comme pour y chercher des formes ou des réponses à ses questions silencieuses.

- Ouais, merci.

Scott attrape une clope et la dépose entre ses lèvres tandis qu'il l'allume avec le briquet de Will. Il tire une première latte et tousse légèrement. La deuxième ne lui arrache aucune toux.

- Elles disent que tu es spécial. Et que je dois t'aider.

- Pardon ?

- Les voix.

- Mais bien sûr.

Il hausse les épaules. Il ne la juge pas. Il sait qu'elle est malade, comme lui. Encore que lui, les voix, elles ne lui parlent pas beaucoup. Il n'y fait même plus attention aux voix douces et carillonnantes qui sonnent parfois dans son esprit tourmenté.

- Je ne suis pas folle.

- J'en suis persuadé.

- Tu connais un Michel ?

Scott fronce légèrement les sourcils. Non, personne ne s'appelle comme ça dans son entourage. Il y a bien Michel, le boulanger, mais il ne prend même pas la peine de le mentionner.

- Pas du tout. Jamais entendu parler.

- Elles n'arrêtent pas de murmurer ce prénom depuis que tu es arrivé. C'est bizarre.

Pas plus bizarre que toi, il pense dans sa tête. Will lui lance un regard noir, comme si elle sait ce qu'il vient de penser. Ce qui n'est pas possible, évidemment. La télépathie n'existe pas. Le blond termine rapidement sa clope et l'écrase sur un mur avant de la remercier poliment.

- Merci pour la cigarette. Tu diras bonjour aux voix de ma part.

Il s'éloigne dans un sourire, laissant derrière lui une Will particulièrement énervée.

***

- Willow, votre traitement n'est pas efficace. Vous entendez encore des voix, c'est mauvais signe.

- Will.

- Comme vous voulez. Will, j'essaie de vous aider.

- Vous essayez de m'enlever mes pouvoirs. Je n'arrive presque plus à lire dans les pensées et les voix se font plus rares.

- C'est faux. C'est votre maladie qui vous force à entendre tout ça. Avec les bons traitements tout va rentrer dans l'ordre.

- Mais je dois l'aider. Il est important. Son arrivée va provoquer beaucoup de choses ici, monsieur.

L'infirmier, toujours vêtu de son habituelle blouse blanche, soupire lentement. Il retire délicatement ses lunettes et observe la jeune femme face à lui, assise sur la chaise plantée devant son bureau. Personne ne connait son nom. Tout le monde l'appelle l'infirmier, comme si son prénom était trop sacré pour le dire à voix haute.

- Vous parlez de Scotty Silverwood, n'est ce pas ? C'est un garçon ordinaire, dépressif depuis des années.

- Il n'est pas dépressif. Il essaie de comprendre qui il est, voilà tout.

***

Scott s'installe sur une table presque vide et dépose son plateau sur la surface en bois, sans un regard au garçon brun avec qui il partage sa table. Alors qu'il s'apprête à croquer un bout de son morceau de pain beurré, une tornade rousse s'approche de lui et s'assoit à ses côtés.

- Scotty.

- Willow.

- Quoi ? Comment tu sais ça ?

- J'ai demandé à Rosita, la dame de la cantine. Tu sais, celle qui est ronde. C'est une femme adorable. Elle m'a donné une deuxième tartine.

- Ouais, super. Bon, tu as cherché des informations sur Michel ?

Le brun lève soudain la tête, intrigué par leur conversation.

- Non. Ça ne m'intéresse pas.

- Mais c'est important. Ce Michel est proche de toi, c'est forcément quelqu'un que tu connais.

- Michel est le prince de la milice céleste. C'est lui qui a terrassé le dragon. C'est l'archange chevalier.

Scott lève les yeux au ciel. Après les voix de Will, les récits débiles d'un type qu'il ne connait même pas.

- Et t'es qui, au juste, demande le blond.

- Josh.

Le jeune homme l'observe avec un intérêt non dissimulé. Il est beau, songe t'il alors. Son visage semble sculpté dans le marbre et ses cheveux d'un noir de jais encerclent ses traits parfaitement dessinés. Ses yeux d'un noir aussi profond que sa chevelure lui donne un air ténébreux qui va à merveille avec ses lèvres étirées d'un fin sourire. Un sourire indéchiffrable. Ce type doit avoir énormément de succès avec les filles. Et avec les garçons. Avec tout le monde, en fait.

- Va falloir arrêter avec les diminutifs, souligne Will.

- Bref. Je ne connais pas d'archange. Je n'ai jamais lu la Bible et ça ne m'intéresse absolument pas. Vous êtes trop chelous, précise Scott.

Et puis, sans attendre leur réaction, il se lève pour sortir du self, non sans déposer son plateau devant Rosita qui lui lance un grand sourire. Sourire qu'il n'arrive pas à lui rendre. Alors il lui adresse un petit signe de tête et un clin d’œil avant de sortir de la grande salle pour rejoindre sa chambre et se reposer un peu après cette conversation insensée.

***

- T'es là pour quoi, toi, demande Will.

- Je suis un démon. Enfin un hybride. Et je cherche quelqu'un.

- Wow. Moi je suis une Banshee. J'entends les morts et je lis dans l'esprit des gens. Enfin, j'ai lu ça dans un livre l'autre jour, avant je pensais simplement que j'étais une médium.

Josh éclate d'un rire froid et plonge ses yeux sombres dans les siens, comme pour lire en elle. Il reste de longues secondes à l'observer comme pour déterminer si oui ou non elle raconte la vérité. Sa voix grave s'élève dans le calme du self presque désert.

- T'es folle, c'est tout. Il y a des dizaines de gens qui entendent des voix, ici.

- Parce que se prendre pour un démon c'est normal, peut-être ?

- Tu ne vois pas mes cornes ? Et ma queue ?

- Euuuuuh. Non.

- Alors tu n'es pas une Banshee. Les créatures surnaturelles possèdent toutes une aura. Et toi, désolé, mais tu n'en a pas.

- Connard.

Elle s'éloigne, plus énervée que jamais. Elle déteste ce Josh, c'est officiel. Alors qu'elle quitte la pièce, une voix résonne avec violence dans sa tête. Elle s'arrête sur place et ferme les yeux pour atténuer la douleur.

"Il est là. Il viendra lorsque dix huit plumes seront tombées. Celui qui sauvera les enfants des griffes acérées de la mère. Il pourra l'envoyer dans le néant lorsque la lune, le soleil et l'étoile seront réunis. Quand l'eau rencontrera le feu et quand l'esprit sera assez fort pour les sublimer."

Will rouvre les yeux, déconcertée par cette déclaration qui sonne comme une prophétie. Et puis elle s'écroule sur le sol, comme une poupée de chiffon désarticulée, sous le regard inquiet de Rosita qui se précipite sur elle pour l'aider. La rousse aux cheveux trop courts tremble de tout son corps avant de murmurer un seul mot.

- Eve.


LE PETIT CODE QUI VA BIEN
Quel est le code caché dans le règlement : Code validé par Zoey



Dernière édition par Scotty Silverwood le Mar 7 Nov - 0:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Me mysel and I
• Localisation : Paris, piégé à l'intérieur d'un hôpital psychiatrique.
• Emploi/loisirs : Lycéen.

• Avatar : Austin Butler.
• Messages : 3
• Date d'inscription : 06/11/2017

More
Ma petite vie
• Age: 17 ans.
• Contexte de jeu:
• Mes petit liens:
MessageSujet: Re: We're all sinners (Scotty)   Mar 7 Nov - 0:08



Chapitre 3 : Mes brebis ecoutent ma voix, et moi je les connais.

Scott se trouve dans sa chambre, allongé sur son lit, le plus confortablement possible. Il observe le plafond blanc distraitement, légèrement perturbé par les cris de certains patients qui hurlent aux portes de sa chambre. Il soupire sensiblement et il se retourne pour fixer le mur sans fenêtre. Il sait qu'il n'est pas ici pour rien. Depuis quelques années, quelque chose le ronge, tout au fond de lui. Il se sent ailleurs, comme sur une autre planète. Parfois, il pense qu'il est un alien avant de rire comme un idiot. Non, il est bel et bien humain et curieusement, c'est ce qui le rend triste.
Alors qu'il ferme les yeux, un bruissement le détourne de ses pensées. Il se retourne pour observer le type de tout à l'heure, au self. C'est quoi son nom, déjà ? Jackson ? Non. Josh ? Oui, c'est ça, Josh. Il lève un sourcil interrogateur et plonge ses grands yeux bleus vides dans les siens qui brillent d'une intensité particulière. L'autre le regarde avec une lueur étrange comme partagé entre l'envie de s'approcher de lui et s'en éloigner, le plus loin possible.

- Je peux faire quelque chose pour toi ?

- Ton amie est en pleine crise à l'infirmerie. C'est elle qui hurle.

- Mon amie ? Will ? Ce n'est pas mon amie.

Scott s'assoit sur son lit et hausse lentement ses épaules légèrement voûtées. Il connait à peine cette fille à qui il n'a parlé que deux fois. Deux fiasco.

- Tu as un lien avec l'archange Michel. J'en suis sûr. Je pourrais demander des informations à mon père, mais je suis coincé ici.

- Arrêtez avec ce Michel.

Il ne peut pas s'empêcher de lui envoyer un regard curieux. L'autre garçon l'intrigue et il a envie de découvrir se qui se cache derrière ses sourires étranges et ses yeux bien trop sombres.

- C'est qui ton père ?

- Lucifer.

- Evidemment.

Un fin sourire moqueur s'incruste sur les lèvres du blond alors que le brun ténébreux serre le poing. Après la fille qui entend des voix, le fils du diable. Un grand classique dans les hôpitaux psychiatriques, après ceux qui pensent être Jésus.

- Tu n'es pas obligé de me croire. Je ne sais pas pourquoi tu intéresses tant Will, mais je commence à croire à son histoire. Tu as un rôle à jouer dans tout ce foutoir. Je suis persuadé que tu es une créature surnaturelle, toi aussi. Tes parents...

- Quoi mes parents ? Tu ne sais rien de ma vie. Lâche moi. Je suis ici pour me soigner, pas pour faire du social. Va voir Will et amusez vous à vous prendre pour des gens que vous n'êtes pas.

Il se retourne et quitte le regard de l'autre, qui semble furieux. Josh reste figé sur place et l'observe comme pour le sonder. Scott sent ses yeux perçants sur lui et à vrai dire, ça lui fout une frousse pas possible. Au bout de longues minutes, interminables, le brun quitte finalement sa chambre pour rejoindre l'infirmerie où des hurlements résonnent dans tout le couloir.
Scott reste sur son lit, un peu perturbé par tout ce qu'il se passe dans sa vie dernièrement. Il se sent différent, mais de là à penser qu'il est une sorte d'élu ou un truc de ce genre... il n'y a qu'un pas qu'il n'est pas prêt de franchir. Et même si des voix caressent parfois ses oreilles pour lui dire qu'il est spécial, il préfère écouter le psy et suivre son traitement qui le laisse un peu faible. Assez pour ne plus rien entendre.

***

- Calmez vous mademoiselle Castlight. Calmez vous.

- Mais il faut lui dire. C'est un... Il est le fils de...

Sa voix se fige lorsqu'une aiguille traverse adroitement le creux de son bras. Ses yeux se ferment doucement alors qu'elle lance un regard implorant à l'infirmier qui ne bouge pas d'un pouce. Devant la porte, Josh écoute attentivement ce qu'il se passe à l'intérieur mais personne ne parle. Il se concentre un peu plus alors qu'une flamme bleue semble danser dans ses yeux. Mais rien ne se passe. L'éclat s'efface de son regard tandis qu'il donne un coup silencieux contre le mur. Les médicaments affaiblissent ses pouvoirs. Assez pour le faire passer pour un humain ordinaire. C'est relativement courant de voir des créatures surtnaturelles dans un asile. Effrayées par leur nature, elles préférent suivre un traitement pour supprimer leur don. Ce qui attise sa curiosité, pourtant, c'est que le pouvoir de Will semble assez fort pour résister à la dose de médicaments qu'elle reçoit chaque jour. Peut-être qu'elle ne ment pas. Le pouvoir des Banshees ne fait pas parti d'elles. Elles captent les pensées des autres et entrent en communication avec les morts. Traitement ou pas, les voix continuent de lui murmurer des choses. Des choses que le beau garçon blond, Scott, n'est pas prêt à entendre.
Dépité, Josh s'éloigne de l'infirmerie silencieuse. Il n'a pas envie de laisser la rouquine aux mains de l'infirmier mais il n'a pas le choix. Sans ses pouvoirs, il est incapable de le battre. Quelque chose en l'homme à la blouse blanche lui fait peur. Il sait qu'un truc cloche avec lui. Qu'il n'est pas celui qu'il prétend être. Les pas du brun l'amènent vers la cour extérieure qui permet aux patients de fumer tranquillement. Il ouvre la porte et sort dehors malgré le froid qui s'empare de lui. Le jeune homme n'a jamais aimé l'hiver. Lui, ce qu'il aime, c'est la chaleur. Le feu. Pas cet air froid qui le force à frissonner sous le souffle du vent du nord. Il décide de s’asseoir sur un petit banc pour mieux réfléchir. Scott est quelque chose. Mais quoi ? Pas un vampire, ni un loup garou. Peut-être un ange, qui sait ?
Il secoue négativement la tête. Il n'a pas ressenti d'aura lorsqu'il était dans sa chambre. Rien d'autre qu'une immense tristesse. Une souffrance assez forte pour lui faire perdre la raison. Mais Will semble si sûre d'elle. Le blond est définitivement quelque chose. Reste à trouver quoi.

***

Will ouvre doucement les yeux. Elle essaie de se lever de son lit mais des liens la maintiennent solidement. La jeune femme observe la pièce dans laquelle elle se trouve. La chambre d'isolement. Elle hurle, mais personne ne semble l'entendre. Le point positif, c'est qu'elle sait enfin qui est Michel. Et aussi, le plus important, qui, ou plutôt quoi est Scott. Elle aurait du s'en douter, avec ses yeux trop bleus et ses cheveux d'or. Elle soupire en agitant la tête de gauche à droite. C'était là, sous son nez, depuis le début. Scott est un ange. Elle le sait maintenant. Mais coincée dans cette pièce, elle n'a aucune chance de tout lui révéler. Et puis il y a la prophétie qu'elle ne comprend pas. Elle sait qu'une mère s'apprête à faire du mal à ses enfants. Et que le soleil, la lune et les étoiles doivent s'unir pour permettre à une sorte d'élu de la combattre. Probablement Scott. Les voix parlent de dix-huit plumes et il n'a que dix-sept ans.
Will est une jeune femme très intelligente et très intuitive. Depuis toujours, son esprit fonctionne avec application. Elle comprend tout plus vite que les autres. Assez pour énerver son entourage. Ou plutôt, son ex-entourage. La jolie rousse n'a pas d'amis. Tout le monde s'écarte d'elle comme si elle avait la peste, surement à cause des voix qu'elle entend depuis qu'elle a huit ans. Même ses parents refusent de venir la voir à l’hôpital, bien trop effrayés par l'état mental de leur unique fille. Au fond, elle se fout totalement de ses parents. Depuis qu'elle a croisé Scott, quelque chose a changé en elle. Comme si la présence du garçon éloigne ses ténèbres. Auprès de lui, elle se sent bien, comme bercée par une mélodie invisible qu'il lui chante au creux de l'oreille.
Will soupire à nouveau alors qu'elle essaie de se dégager. Peine perdue. Les liens sont bien trop serrés.

***

Scott mange tranquillement dans le self, une assiette de riz au poulet posée devant lui. Il mange sans se presser et sans parler à personne. Si le self est assez agité ce soir, lui semble très calme. Comme s'il accepte enfin sa situation. Il est résigné, presque fataliste. Peut-être que la solution, c'est de rester là toute sa vie ?
Perdu dans ses pensées, il ne remarque même pas Josh s’asseoir en face de lui. Il sursaute quand l'autre garçon lui donne un coup de pied pour le faire réagir.

- Aie ! Mais t'es complètement malade, ma parole.

- C'était la seule façon de te sortir de ta léthargie. J'ai besoin de toi.

- Oh, pitié, pas encore cette histoire d'archange et de voix.

- Si. Je dois parler avec Will.

Scott observe la salle du regard comme pour chercher la jeune femme. Il a beau se concentrer, pas de tête rousse à l'horizon.

- Elle est surement dans sa chambre.

- Non. Elle est en isolement. On doit la faire sortir.

- T'es malade ? On va pas prendre autant de risques pour un délire à la con. Hors de question.

- Je suis aussi sain d'esprit que toi.

Josh plonge ses yeux dans ceux du blond avant d'esquisser un sourire moqueur, comme à son habitude.

- Je le suis même un peu plus. Si tu m'aide, on pourra enfin savoir ce qu'il se passe. Et tu pourras enfin savoir qui tu es.

- Comment tu sais que ?

- Que tu te sens seul, perdu et que tu penses que tu n'es pas d'ici ? Parce que je suis passé par là. C'est comme ça que j'ai su que tu n'étais pas humain.

- C'est quoi le plan ?

Scott lui lance un regard appuyé, une lueur farouche dans ses grands yeux bleus. Will est peut-être sa seule chance de trouver ce qui cloche chez lui. Il ne croit pas en son histoire de voix mais peut-être qu'elle sait réellement quelque chose. Pour cette fois, il décide de lui faire confiance. Et de faire confiance à Josh qui parait si sûr de lui.

- On vole la carte magnétique d'une infirmière et on entre dans leur salle de repos. Là, on cherche les clés de l'infirmier et on...

- On rien du tout. Je déteste ce type. Il me fait flipper.

- Je sais, c'est pareil pour moi. Mais pense à Will. Elle ne mérite pas d'être dans une chambre d'isolement.

- OK. Continue.

- Donc on vole les clés de l'infirmier et on ouvre la chambre. Rapide comme bonjour.

Il plonge ses yeux sombres dans ceux de Scott, un sourire étrange sur les lèvres. Le blond soupire longuement avant de hocher sa tête en signe d'approbation.

- On se retrouve à vingt-et-une heure, devant ta chambre.

- D'accord, confirme Scott malgré l'angoisse qui commence à le submerger.

Josh se lève et s'apprête à quitter le self lorsqu'il se fige sur place, comme s'il avait envie de dire quelque chose à l'autre jeune homme qui termine tranquillement son repas.

- Mon prénom, c'est Joshua. Mais ne m'appelle pas comme ça, je n'aime pas du tout.

Et sans rien ajouter d'autre, il quitte enfin la salle, laissant Scott muet devant cette révélation étrange.


Chapitre 4 : Tous ceux qui auront pris l'épée, périront par l'épée.

- Tu dois te réveiller Willow, maintenant !

La jeune femme ouvre grand les yeux et observe la pièce dans laquelle elle se trouve, légèrement déstabilisée par l'obscurité oppressante. Son regard commence peu à peu à s'habituer aux ténèbres lorsqu'une vive lumière l'aveugle. Surement une infirmière qui braque une lampe dans sa direction pour vérifier que tout va bien. Sauf qu'il n'y a pas de fenêtre dans la chambre d'isolement. Pas de contact avec l'extérieur. Alors qu'elle essaie de détailler la lumière blanche qu'elle n'arrive pas à quitter des yeux, l'air devient plus chaud et aussi plus lourd.

- Tu ne peux pas me regarder. Si tu me vois sous ma véritable forme, tu mourras sur le champ. Les anges sont trop purs pour être vu par les humains.

- Je ne suis pas humaine.

- Je sais qui tu es, Banshee. Je connais ton passé, ton présent et ton futur. Mon père m'a accordé le don de divination. Un pouvoir que tu possèdes toi aussi, en moins puissant, bien sur.

Will détourne alors le regard, un peu déçue de ne pas voir le visage de l'ange qui se tient à quelques mètres d'elle. Son corps frissonne d'excitation. Alors Josh avait raison. Depuis le début. Michel est bel et bien un archange. Elle en est certaine, c'est lui qui se trouve devant elle. Michel, le tueur de dragon. L'archange chevalier. Celui qui commande les armées de Dieu.
Son aura dégage une sérénité absolue. Près de lui, elle se sent bien. Comme lorsque Scott est à ses côtés. Mais le plus surprenant, c'est probablement la voix de Michel. Elle carillonne tendrement à son oreille. Il n'est qu'amour et pureté.

- Le temps presse, Willow. Une menace immense rôde dans l’hôpital. Quelqu'un que vous ne pouvez pas combattre. Pas sans l'aide de Scotty.

- Il ne m'écoute pas. Il est borné et convaincu d'être fou. Il pense que je le suis aussi.

- Il écoutera. Tu dois lui faire accepter la réalité. Sans ses pouvoirs, vous êtes condamnés.

Will soupire longuement avant de hocher lentement la tête. Elle sait que Scott est important, plus important que Josh et elle. Mais dans son état, le convaincre ne sera pas une chose facile. Elle n'a jamais vu quelqu'un d'aussi renfermé. Elle a bien remarqué qu'il ne souriait jamais. Elle se demande pourquoi, d'ailleurs. Will fronce les sourcils, comme si cet élément était important, comme s'il était capable de tout changer. Le faire sourire. Voilà la solution. Le faire sourire, c'est lui faire accepter qu'il a le droit de lâcher prise. Qu'il a le droit d'être heureux. Et accepter sa véritable nature.
La jeune rousse reporte soudain son attention sur Michel qu'elle a complètement oublié, emportée par ses théories et ses plans pour aider Scott.

- Qui est la femme de la prophétie ? Et qu'est ce qu'elle va faire à ses enfants ? Et c'est quoi cette histoire de soleil, de lune et d'étoile ?

- Je n'ai pas le droit de te parler de ça. Elle est plus ancienne et aussi puissante que moi. C'est tout ce que je peux te dire. Ecoute attentivement les voix que tu vas entendre dans les prochains jours. Elles vont te guider. A toi d’interpréter les signes.

Elle s'apprête à lui répondre lorsque la lumière s'efface d'un seul coup. Le froid s'empare à nouveau d'elle tandis qu'elle tremble sans la chaleur de l'ange. Sans son amour et sa sérénité, elle se sent terriblement mal. Elle se sent seule, effrayée, perdue. La rousse a besoin de sortir de cette pièce. Au plus vite. Elle doit prévenir Scott. Lui dire la vérité sur ses parents. Elle lance un regard aux liens qui lui bloquent les bras dans un étau dont elle n'est pas capable de se dégager.
Paniquée, elle prend soudain conscience qu'elle va rester là jusqu'à la fin de ses jours. L'infirmier est un monstre, elle le croit capable de la garder enfermée pour éviter qu'elle ne raconte tout ce qu'elle sait. Un gémissement s'échappe de ses lèvres pleines. Sa respiration se fait plus saccadée alors qu'elle commence à avoir une crise de panique. Son cœur bat dangereusement vite. Et puis, à bout de force, elle plonge dans les ténèbres.

***

- C'est un très mauvais plan.

Scott lance quelques regards derrière lui, angoissé à mort. Josh, devant lui, attrape la carte magnétique volée quelques minutes plus tôt et la passe devant le lecteur pour ouvrir la porte. Il entre à l'intérieur du bureau infirmier, vide. Le brun commence déjà à fouiller partout lorsque Scott entre à son tour. Il a peur. Peur d'être attrapé, peur d'être aussi fou que Josh, peur de décevoir ses parents. Mais surtout, il a peur de l'infirmier, cet homme mystérieux qu'il n'arrive jamais à regarder dans les yeux.
Alors que l'autre garçon grogne parce qu'il ne trouve pas la clé de la chambre d'isolement, l'attention de Scott est attirée par un dossier, posé en plein milieu de la table autour de laquelle les infirmiers s'installent pour discuter des patients. Curieux, il attrape le dossier et pousse un cri de surprise lorsqu'il découvre son prénom marqué sur la première page.

- Qu'est ce qu'il se passe ? Scott ?

- Rien, désolé, Trouve la clé.

Le brun lève les yeux au ciel et ouvre le tiroir d'un bureau, malheureusement vide. Le blond, lui, s'assoit distraitement sur une chaise, les yeux posés sur son dossier médical. Il l'ouvre et commence à lire la première page, barbouillée de commentaires divers.

Scotty Silverwood est un garçon intelligent, à l'imagination débordante. Enfant, il passait son temps à écrire des récits dont il était le héros. Une habitude qui ne l'a pas quitté depuis.
Calme et observateur, il préfère rester loin des ennuis la plupart du temps, quitte à passer pour un lâche. Il déteste les conflits et n'ose pas dire non, pour ne pas blesser ou énerver son interlocuteur.
Il a été diagnostiqué dépressif et suicidaire a l'age de quinze ans, peu après le suicide de son meilleur ami dont il ne parle jamais. Cet événement l'a plongé dans un état d'instabilité émotionnelle et depuis ce jour, il lui est impossible de sourire. Oh, il lui arrive de sourire. Mais ce n'est jamais sincère. Que de l'ironie, du sarcasme et de la moquerie.


Des larmes d'argent perlent dans ses yeux bleus lorsque son meilleur ami est mentionné. Sa gorge se serre alors que ses mains commencent à trembler. Il n'a jamais oublié Teddy. Jamais. Comment oublier cette boule d'énergie aux yeux d'ambre ? Teddy passait son temps à bouger, il détestait l'immobilité.
Scott s'apprête à déchirer son dossier lorsqu'une main se pose sur son épaule. Rassurante, douce, mais froide comme la lune. Il se retourne et plonge ses yeux dans ceux de Josh qui caresse maladroitement son épaule secouée de sanglots. Trop triste pour parler, le blond préfère serrer l'autre garçon dans ses bras, de toutes ses maigres forces. Scott, les yeux fermés, respire difficilement, envahit par des émotions depuis trop longtemps refoulées.
Josh est sur le point de rompre cet ersatz de câlin lorsqu'une lumière se dégage du corps de Scott. Faible, clignotante, mais pleine de douceur et de calme. Son aura. Du moins, un aperçu de son aura. Le jeune homme l'observe silencieusement, sans rien dire, émerveillé par la chaleur qui s'en échappe. Alors il reste là, dans les bras du blond, sans se soucier de leur proximité soudaine. Et puis tout s'écroule lorsqu'une voix résonne dans le bureau des infirmiers.

- Qu'est ce que vous faites là ?

***

L'infirmier contemple une épée majestueusement accrochée au mur situé derrière son bureau. Une épée qui brille d'une lueur étrange, comme si elle était vivante. Une épée très ancienne, à en juger par le langage inconnu qui dessine des sortes de runes sur la lame.
Un sourire s'étire sur ses lèvres alors qu'il s'installe confortablement sur la chaise posée juste en dessous. Il tapote doucement son bureau en bois de chêne, une lueur de satisfaction dans les yeux.
Il a gagné. La jeune Banshee est enfermée dans la chambre d'isolement et elle ne pourra rien révéler à Scott. Ce dernier est de plus en plus faible et ses médicaments éteignent peu à peu tout ce qui fait de lui un ange. L'infirmier connait déjà la suite. Ses yeux bleus vont ternir jusqu'à devenir gris et ses cheveux d'or prendront la couleur de la paille. Et alors, son auréole sera à lui. Parce qu'il ne compte pas la donner à ses parents. Oh non. Ces crétins pensent qu'il est leur allié. Ils se trompent lourdement. Faire confiance à l'infirmier, c'est comme faire confiance à un cobra. Il se lève et attend sagement le meilleur moment pour planter ses crocs acérés dans la gorge de ses victimes.
Mais il y a Josh. Ce demi démon qui tourne un peu trop autour de sa victime. L'infirmier va devoir agir rapidement pour le mettre hors d'état de nuire. Quitte à subir le feu des Enfers. Il connait son père, Lucifer. Il sait qu'il tient à ses enfants plus que tout au monde. Mais derrière ses lunettes rectangulaires, les yeux de l'infirmier brillent d'une lueur farouche. Il se sent assez fort pour affronter le diable en personne.
Distrait par ses pensées, il ne remarque pas les coups contre la porte de son bureau. Il réalise au bout de quelques minutes que quelqu'un cherche à le voir et il se racle la gorge avant de parler. D'une voix froide, dénuée de tout sentiment.

- Entrez.

Une femme en blouse blanche s'avance dans la pièce et libère sur son passage une forte odeur de parfum bon marché. A la lavande.

- Le garçon n'est pas dans sa chambre.

- Trouvez le. On doit agir le plus rapidement possible. Je le veux dans mon bureau, ce soir. Il ne doit pas être très loin.

- Bien, monsieur.

Les lèvres de l'infirmière se tordent d'un rictus alors qu'elle quitte le bureau de l'homme qu'elle admire autant qu'elle déteste. Mais elle sait qu'il est le plus fort. Qu'il faut être dans son camp pour gagner. Sans rien dire, elle accepte tous ses ordres. Même les plus fous.
Alors que la lune brille d'un éclat argenté à travers les fenêtres du grand couloir, l'infirmière s'avance doucement dans l'ombre de la nuit pour chercher sa proie. Une langue fourchue s'échappe d'entre ses lèvres alors qu'elle distingue l'odeur bien particulière d'un ange. Un ange aux cheveux d'or et aux yeux bleus d''acier.


Chapitre 5 : Vous ne mangerez d’aucun arbre du Jardin ?

Les deux garçons restent collés l'un contre l'autre de longues secondes avant de se séparer, très gênés. Josh semble le plus honteux. Ses joues sont colorées de rouge et il tremble légèrement. Scott, lui, observe silencieusement la silhouette qui leur fait face, dans l'ombre de la lampe posée dans un coin de la pièce. Ses yeux semblent percer la noirceur de la nuit alors qu'une grimace se dessine sur ses lèvres fines. Et merde.

- Rosita, je peux tout vous expliquer.

- La dame de la cantine, demande Josh.

- Oui.

- J'espère que vous avez une bonne raison d'être ici, messieurs.

Scott lance un regard à l'autre garçon qui semble clairement dire : laisse moi gérer la situation. Après tout, il s'entend bien avec la femme un peu replète avec qui il passe son temps à discuter lorsqu'il est au self. La compagnie des patients ne l'intéresse pas -encore qu'il fait une exception pour Will et Josh- mais celle de Rosita le calme. Elle semble comprendre ses tourments. Assez peut-être pour les laisser sortir du bureau des infirmiers sans encombres.

- On cherche la clé de l'infirmier. Pour demander quelque chose à Will. Elle sait des trucs qu'on ignore. Je sais que c'est interdit mais on a besoin de lui parler. J'ai besoin de lui parler.

Rosita l'observe en silence, écoutant le moindre de ses mots comme s'il s'agissait d'or liquide. Elle replace l'une de ses mèches derrière son oreille droite décorée d'une grande boucle d'oreille en forme de soleil et hoche la tête.
Josh, lui, reste debout près de Scott, sans rien dire. Il est prêt à attaquer la femme si elle ne les laisse pas sortir. Parce qu'il est comme ça. Impulsif et prêt à tout pour servir ses ambitions. Et il compte bien parler à Will ce soir, coûte que coûte. Il commence à s'approcher d'elle lorsque l'autre garçon l'attrape doucement mais fermement par le bras. Il s'arrête et fixe Rosita d'un regard noir.

- Ne me regarde pas comme ça, jeune homme. Je n'aime pas ton ami, ajoute t'elle à Scott, dans une sorte de confidence chuchotée rapidement. Mais je te fais confiance, à toi. Je sais que tu ne fais pas ça pour rien. Je vais vous laisser sortir et même vous donner une information capitale.

Scott lui lance un regard soulagé. Il voudrait tellement lui sourire, là tout de suite.

- L'infirmier ne quitte jamais sa clé. Il la porte autour de son cou ou bien à sa ceinture. Je suis presque sûre qu'il dort avec. Cette clé est spéciale. Elle est capable d'ouvrir n'importe quelles portes de l’hôpital.

Elle ne mentionne pas que c'est une clé angélique, capable d'ouvrir non seulement toutes les portes de l'asile mais aussi de n'importe quelles serrures. Parce qu'elle sait que Scott n'est pas prêt à entendre ce genre de choses. Le pauvre garçon. Si triste, si persuadé que le monde ne tourne pas rond à cause de lui. Rosita soupire, consciente que l'information qu'elle vient de leur donner coupe court à toutes tentatives de libérer Will.

- Alors elle va rester enfermer la-bas et on y peut rien, c'est ça ?

Le ton de Josh est froid, dur et plein de colère. Il n'est pas en colère contre la cuisinière mais contre lui même. Sans ses pouvoirs, il se sent complètement inutile. La femme hoche doucement la tête avant de sortir un petit sac de tissu bleu de sa poche droite.

- Dans mon pays on appelle ça de la poudre de fée. Cette poudre est réputée pour endormir quiconque entre en contact direct avec elle.

Josh lance un regard à Scott, comme pour s'assurer qu'il ne va pas dire quelque chose à cause du mot fée. Mais non, celui-ci reste silencieux, il s'avance même pour s'emparer du petit sachet en tissu.

- Merci Rosita.

- Il y a autre chose. Une infirmière te cherche. Je ne connais pas son prénom mais elle dégage une forte odeur de...

- Lavande. Oui, elle me regarde bizarrement depuis que je suis ici.

- Je connais cette infirmière. C'est la blonde ? Elle se promène toujours avec une pomme, elle est vraiment flippante.

Rosita et Scott hochent la tête pour confirmer. La femme attrape la main du blond et la caresse distraitement du bout des doigts. Tandis qu'elle ferme ses yeux bleus délavés, elle murmure quelques mots qui sonnent comme des prières aux oreilles du jeune homme. Comme une bénédiction. Et sans rien expliquer de son geste, elle s'écarte de lui et ouvre la porte pour leur permettre de sortir.

- Allez-y. Vous n'avez pas beaucoup de temps.

Les deux garçons sortent rapidement et s'éloignent le plus possible du bureau des infirmiers, trop perturbés par la présence de Rosita pour parler. Ils avancent en silence dans les couloirs vides avant de s'arrêter, la tête en l'air. Par la fenêtre de la cour entrouverte, le vent chatouille délicatement leurs narines. Scott lance un regard angoissé à Josh.

- Tu sens ça ? On dirait de...

- La lavande.

***

A des kilomètres de là, un couple sirote tranquillement une tasse de café, assis confortablement près d'un feu de cheminée. L'homme avale le sien grâce à sa langue trop longue pour être humaine alors que la femme le regarde, un air soucieux dans ses yeux éteints.

- Et si l'infirmier n'arrive pas à s'emparer de l'auréole de Scotty ?

- Il y arrivera. Tu sais à quel point il est puissant.

Madame Silverwood hoche doucement la tête. Elle connait l'infirmier depuis trois siècles. Et elle sait qu'il est prêt à tout pour accomplir ses objectifs. Mais curieusement, une part d'elle refuse de voir Scott souffrir de leurs agissements. Une pensée qu'elle garde pour elle mais qui la hante depuis qu'ils ont déposé leur fils à l’hôpital.

***

- Monsieur Silverwood. Monsieur Blackmoon. Il est bien tard pour vous promener dans les couloirs.

Scott et Josh observe longuement le visage noueux de l'infirmière à l'odeur de lavande. Le premier détourne le regard, embarrassé alors que le second ne la quitte pas des yeux une seule seconde.

- Désolé. On a pas vu l'heure passer.

Un sourire moqueur se dessine sur les lèvres de Josh tandis qu'il toise la femme de son habituel regard hautain.

- Monsieur Blackmoon, dans votre chambre. Monsieur Silverwood, vous venez avec moi. L'infirmier désire discuter avec vous.

Josh lance un regard en coin à l'autre garçon. Hors de question de le laisser seul avec cette harpie. Elle dégage quelque chose de profondément maléfique et son instinct lui souffle de ne rien écouter de ce qu'elle raconte. Mais il n'a pas le choix. Sans ses pouvoirs démoniaques, impossible de lui tenir tête. Il regarde Scott s'éloigner avec elle, la mort dans l'âme et retourne rapidement dans sa chambre, sans trop savoir quoi faire.
Scott, lui, ne quitte pas le sachet bleu qui est dans sa poche. Sa main caresse distraitement le tissu, sans même écouter le flot de parole de l'infirmière. Elle parle sans s'arrêter, sans même reprendre son souffle.

- Il est beau, hein. Le petit Joshua. Et Willow. C'est une jolie fille. Tu crois que tu vas pouvoir choisir entre les deux ?

- Pardon ?

- Non, rien. Tu veux une pomme ?

Elle attrape une pomme de sa blouse et lui tend le bras pour lui offrir. Il lance un regard à l'infirmière avant de hausser les épaules. Hors de question de manger quoique ce soit venant de cette folle. Elle soupire, déçue, tandis que leurs pas les mènent en direction du bureau de l'infirmier.
L'esprit de Scott fonctionne rapidement. Il va devoir utiliser la poudre de fée pour endormir l'homme et lui prendre la clé capable d'ouvrir toutes les portes. C'est un risque énorme, évidemment et il sait que l'infirmier ne sera pas dupe à son réveil. Mais plus le temps passe et plus l'absence de Will l'inquiète. Sa frimousse constellée de taches de rousseur, ses cheveux flamboyants et même ses voix... oui, elle lui manque. Assez pour qu'il soit prêt à affronter l'infirmier en face à face.

- Tu es ssssûr que tu ne veux pas une pomme ?

Sa voix siffle comme celle des serpents. Effrayant. Il se contente de secouer sa tête de gauche à droite sans s'arrêter de marcher, sa main toujours posée sur la poudre de Rosita. Il se demande pourquoi la dame de la cantine semble en savoir autant alors qu'elle ne quitte presque jamais la cuisine. Peut-être que c'est un piège et qu'il est tombé en plein dedans.
La présence de l'infirmière l’oppresse et l'odeur de son parfum bon marché lui donne envie de vomir. Il se rappelle d'une histoire ancienne qui parle de pomme et de serpent mais rien ne lui revient en mémoire, comme si l'odeur de lavande l'empêche de penser correctement. Au bout de deux minutes, ils arrivent enfin à destination. L'infirmière frappe trois coups contre la porte du bureau de l'infirmier et l'ouvre, poussant fermement le jeune homme avant de refermer la porte derrière lui, le laissant seul avec l'homme dont il a si peur.

- Scotty. C'est un plaisir de te voir. Je t'en prie, assis toi.

***

Rosita entre dans sa chambre et se place sur son lit, juste en face d'un grand miroir qui occupe tout un mur de la chambre. Elle se racle la gorge et passe sa main devant alors que son reflet commence à onduler. Au bout de quelques secondes, une intense lumière traverse le miroir et éclaire le visage ridé de la femme. Elle esquisse un sourire et salue poliment son invité en inclinant légèrement sa tête.

- Michel. Ravie de te voir. Tout se passe comme prévu. Le garçon va voir l'infirmier d'une minute à l'autre. La tentatrice ne va pas réussir à corrompre son âme. C'est un jeune homme honnête et pur, même sans ses pouvoirs.

- Je l'espère. Le serpent n'abandonne pas aussi facilement. Et l'infirmier est une menace plus grande encore. Mais il doit l'affronter seul. Vous lui avez donné la poudre de fée ?

- Evidemment. Je crois qu'il pense que c'est une sorte de drogue. Comme il ne croit pas aux fées... mais il saura s'en servir.

- Je l’espère, répète t'il à nouveau de son habituel ton chantant.

Puis, sans prévenir, il retourne dans le miroir tandis que la lumière disparait, laissant Rosita seule dans les ténèbres de sa chambre.


Dernière édition par Scotty Silverwood le Mar 7 Nov - 12:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Me mysel and I
• Avatar : Chris Pine
• Messages : 145
• Date d'inscription : 25/10/2017

More
Ma petite vie
• Age: 35 ans
• Contexte de jeu:
• Mes petit liens:
MessageSujet: Re: We're all sinners (Scotty)   Mar 7 Nov - 1:25

Bienvenue par ici !

Ton contexte a l'air génial !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Me mysel and I
• Localisation : NY
• Emploi/loisirs : Avocate

• Avatar : Melissa Benoist
• Messages : 272
• Date d'inscription : 31/08/2017

• Pseudo ou Prénom : Caramelle
• Ta date de naissance : 07/12/1991
More
Ma petite vie
• Age: 26 ans
• Contexte de jeu:
• Mes petit liens:
MessageSujet: Re: We're all sinners (Scotty)   Mar 7 Nov - 9:15

Heyyyyy !
Bienvenu parmi nous ! Merci pour les compliments au passage
Beau boulot pour ton contexte et ton histoire !! Ca fait plaisir à voir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Me mysel and I
• Localisation : Savannah
• Emploi/loisirs : Propriétaire d'un ranch

• Avatar : Gal Gadot
• Messages : 157
• Date d'inscription : 20/09/2017

• Pseudo ou Prénom : Allix
More
Ma petite vie
• Age: 33 ans
• Contexte de jeu:
• Mes petit liens:
MessageSujet: Re: We're all sinners (Scotty)   Mar 7 Nov - 9:25

Wow ça c'est du contexte ! Je suis impressionnée Shocked
Et puis Austin, excellent choix
Bienvenu dans notre petit monde

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Me mysel and I
• Localisation : Paris, piégé à l'intérieur d'un hôpital psychiatrique.
• Emploi/loisirs : Lycéen.

• Avatar : Austin Butler.
• Messages : 3
• Date d'inscription : 06/11/2017

More
Ma petite vie
• Age: 17 ans.
• Contexte de jeu:
• Mes petit liens:
MessageSujet: Re: We're all sinners (Scotty)   Mar 7 Nov - 12:18

Merci pour vos bienvenues et vos compliments
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Me mysel and I
• Localisation : New York
• Emploi/loisirs : Lycéenne

• Avatar : Lili *cutie* Renhart
• Messages : 85
• Date d'inscription : 24/09/2017

More
Ma petite vie
• Age: 17 ans
• Contexte de jeu:
• Mes petit liens:
MessageSujet: Re: We're all sinners (Scotty)   Mar 7 Nov - 12:51

Bienvenuuuuuue !
Je me joins aux compliments des autres pour ton contexte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Me mysel and I
• Localisation : New York
• Emploi/loisirs : Etudiante en danse à Juilliard.

• Avatar : Dove Cameron
• Messages : 249
• Date d'inscription : 24/09/2017

• Pseudo ou Prénom : Gégé
• Ta date de naissance : 18/11/1998
More
Ma petite vie
• Age: 22
• Contexte de jeu:
• Mes petit liens:
MessageSujet: Re: We're all sinners (Scotty)   Mar 7 Nov - 18:27

Super contexte !
Bienvenue mon joli !

_________________
forbidden love
Because what’s worse than knowing you want something, besides knowing you can never have it? by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Me mysel and I
More
MessageSujet: Re: We're all sinners (Scotty)   

Revenir en haut Aller en bas
 
We're all sinners (Scotty)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Téléportation, Scotty !
» Scott Grainger Jr.
» Les Sinners [2/11 disponibles]
» SACHA/SCOTTY BICHON M 13 ANS 1/2 REFUGE ESPOIR 59
» Les Sinners ou nos petis démons sans cornes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Shelter :: 
☼ Le registre
 :: This is me
-
Sauter vers:  
Les Awards

Membre du mois
Evan Miller

Meilleur posteur : Chloé Moreau

Meilleur RP

Meilleur Duo

Personnage du mois
 
A ne pas manquer
----------
le compteur
----------
UniversPersonnages
Get real24
Star0
Fan2
Fantasy0
Fantastic1
Divers3